Une autrice de jeunesse au collège

Ensemble Scolaire Saint-Dominique

Le jeudi 10 octobre 2019 dans le cadre des Automnales, les élèves de 5ème et de 3ème ont rencontré l'autrice de jeunesse Catherine Cuenca qui a publié une quarantaine de livres à ce jour dont « Le crime de la pierre levée » et « Celle qui voulait conduire le tram », étudiés respectivement en 5ème et en 3ème afin de préparer cette venue en lui posant des questions.

1.    À quel âge avez-vous commencé à écrire ? À quel âge avez-vous publié votre premier livre ? Vivez-vous de vos livres ?

Catherine Cuenca : Mes premiers écrits remontent à mes 8 ans. Pour ce qui est de mon premier livre publié, il s’agit de La marraine de guerre publié en 2001 pour mon 19ème anniversaire.
Je suis écrivaine professionnelle depuis une dizaine d’années. Pour information, en France, il y a environ 100 000 écrivains et seulement 5000 considérés comme professionnels dans la mesure où leurs livres leur rapportent plus de 10 000 euros par an.

2. Comment avez-vous eu l’idée d’écrire Celle qui voulait conduire le tram ? Vous êtes vous inspirée d’une histoire vraie ? Est-ce l’actualité sur l’égalité hommes-femmes qui vous a inspirée pour écrire ce livre ?

Catherine Cuenca : Mon livre Le choix d’Adélie qui est sorti en 2013 a plu à l’éditeur Talents hauts qui souhaitait lancer la collection « Les héroïques » sur les oubliés de l’histoire, c’est pourquoi ils m’ont passé commande pour écrire Celle qui voulait conduire le tram.

3. Pourquoi et comment avez-vous obtenu le soutien d’Amnesty International pour ce roman ?

Catherine Cuenca : C’est l’éditeur Talents hauts qui l’a obtenu. Il s’agit d’un éditeur engagé pour toutes les discriminations quelles qu’elles soient, d’où ce soutien d’Amnesty International qui lui a été attribué lors d’une commission.

4. En combien de temps l’avez-vous écrit ?

Catherine Cuenca : J’avais une contrainte de 6 mois mais j’ai pu remettre mon travail en avance, ce qui a laissé plus de temps pour la relecture. En général, je mets 3-4 mois pour écrire un livre. Pour La guerre des ombres j’ai mis 2 ans, mais j’avais un travail en parallèle, donc mon travail d’écriture était très fractionné. Et j’ai ressenti en cours d’écriture le besoin de repartir en documentation sur la résistance pour avoir de la matière, d’où les 2 ans.

5. Combien avez-vous écrit de livres en tout ? Pourquoi ne pas publier chez un seul et même éditeur ?

Catherine Cuenca : J’ai publié une quarantaine d’ouvrages à ce jour (en comptant les tomes des séries) chez une dizaine d’éditeurs (dont 2 ont fait faillite). Travailler avec plusieurs éditeurs me permet de mener plusieurs projets en même temps. Ils ont des lignes éditoriales différentes, cela permet donc de réaliser des projets variés.

6. Qu’est-ce qui vous paraît le plus difficile dans votre métier ?

Catherine Cuenca : Les négociations avec l’éditeur car il veut parfois supprimer des passages voire des personnages dans ce que j’ai écrit, alors ce n’est pas toujours simple à accepter...

7. Quel est le livre que vous avez eu le plus de plaisir à écrire ?

Catherine Cuenca : Tous car c’est chaque fois un nouveau défi à relever. Mon livre préféré est toujours celui que je suis en train d’écrire !

8. Quels sont vos projets d’écriture actuellement ?

Catherine Cuenca : J’ai 3 projets en cours : un roman que j’ai terminé d’écrire et qui va être retravaillé, un autre à remettre le 31 octobre, j’en suis au stade de la relecture et enfin un roman qui sortira à la rentrée 2020 et pour lequel je suis en plein processus créatif.

9. Quels seraient vos conseils d’écriture à un écrivain en herbe ?

Catherine Cuenca : Ecrire sur les sujets qui l’intéressent car les sujets forcés, ça se sent... Il faut se lancer dans l’écriture avec ses mots et se dire que le texte pourra être amélioré dans un deuxième temps. Ne pas se bloquer sur l’orthographe...  

Alors à vos plumes !..

                                                                       Et merci à Alicia et Simon de l'Atelier Journalistes pour cet article !